EGLISE SAINT AMAND DE SENAS (13)

[Total : 8    Moyenne : 5/5]

FORTERESSE DE MORNAS (VAUCLUSE)

[Total : 8    Moyenne : 5/5]

http://www.forteresse-de-mornas.com

AIX EN PROVENCE FONTAINE ROTONDE

[Total : 11    Moyenne : 5/5]

MONTFAVET PROVENCE

[Total : 12    Moyenne : 5/5]

Montfavet est une ancienne commune, rattachée à celle d’Avignon entre 1790 et 1794, puis « quartier » de la commune d’Avignon dans le département français du Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
( Wikipédia), (photo PF)

LE MONT VENTOUX TOM SIMPSON

[Total : 11    Moyenne : 5/5]
LE MONT VENTOUX TOM SIMPSON

Lors de l’édition de 1967, étape Marseille-Carpentras (211 km), le Britannique Tom Simpson meurt, le 13 juillet, alors qu’il faisait l’ascension du mont Ventoux par une chaleur étouffante (35 °C). Déjà en 1955, le coureur français Jean Malléjac y avait subi une grave insolation. Eddy Merckx lui-même eut un malaise lors de sa victoire au sommet9. L’étape a été gagnée au sprint par Jan Janssen après que Julio Jiménez fut passé en tête au Ventoux.
(source Wikipédia), (photo PF)

LE MONT VENTOUX PROVENCE

[Total : 12    Moyenne : 5/5]
LE MONT VENTOUX PROVENCE

Le mont Ventoux est un sommet situé dans le département français de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Culminant à 1 911 mètres, il fait environ 25 kilomètres de long sur un axe est-ouest pour 15 kilomètres de large sur un axe nord-sud. Surnommé le Géant de Provence ou le mont Chauve, il est le point culminant des monts de Vaucluse et le plus haut sommet de Vaucluse. Son isolement géographique le rend visible sur de grandes distances. Il constitue la frontière linguistique entre le nord et le sud-occitan.
Avant d’être parcourue par trois routes principales, qui ont permis le développement du tourisme vert et des sports de pleine nature aussi bien en été qu’en hiver notamment avec l’organisation de grandes courses cyclistes, de bolides motorisés ou autres défis, la montagne était sillonnée de drailles tracées par les bergers à la suite de l’essor de l’élevage ovin entre le xive siècle et le milieu du xixe siècle. Ces chemins ont désormais été transformés en sentiers de randonnée, à l’instar des GR 4 et GR 9.
Sa nature essentiellement calcaire est responsable de sa vive couleur blanche et d’une intense karstification due à l’érosion par l’eau, avec la présence de nombreux pierriers dans la partie sommitale. Les précipitations sont particulièrement abondantes au printemps et à l’automne. L’eau de pluie s’infiltre dans des galeries et rejaillit au niveau de résurgences au débit variable telles la Fontaine de Vaucluse ou la source du Groseau. Le mont Ventoux est soumis à un régime méditerranéen dominant, causant parfois l’été des températures caniculaires, mais l’altitude offre une grande variété de climats, jusqu’au sommet à l’influence continentale de type montagnard, en passant par un climat tempéré à mi-pentes. En outre, le vent peut être très violent et le mistral souffle pratiquement la moitié de l’année. Cette géomorphologie et ce climat particuliers en font un site environnemental riche et fragile, constitué de nombreux étages de végétation, comme en témoigne son classement en réserve de biosphère par l’UNESCO et en site Natura 2000.
(source Wikipédia), (photo PF)

Aix en Provence fontaine moussue

[Total : 11    Moyenne : 5/5]

La fontaine d’eau chaude ou la fontaine moussue, encore appelée fontaine du Cours, provient de la source des Bagniers, l’eau qui coule est chaude, et l’hiver une légère brume s’en dégage à cause de l’écart de température. Son nom de « fontaine moussue » vient de ce qu’une mousse verte et épaisse la recouvre, à laquelle se sont intéressés des botanistes. Elle a été profondément remodelée à plusieurs reprises et cela, depuis la première fontaine qui se dressait à cet endroit. Celle-ci a été construite par Jacques Fossé en 1666 sur les plans de Jean-Claude Rambot. À l’origine, un triton ornait cette fontaine, mais, une nuit de 1670, celui-ci a été détruit par « de jeunes imbéciles imbibés de vin». Jacques Fossé réalise donc un autre projet : quatre enfants sur une vasque : il n’en reste rien. Finalement, la fontaine est démolie et remplacée par un monument plus volumineux en 1697. En 1760, elle est totalement reconstruite sur les plans de Georges Vallon et l’eau chaude se met à y couler. Cette eau est en effet dérobée aux artisans du quartier des Bagniers par les bourgeois du cours49. Sa forme actuelle date du début du XIXe siècle. Elle consiste en une vasque à quatre becs verseurs. Les amas de mousse et de terre depuis deux siècles ont totalement fait disparaître ces éléments architecturaux. En période froide, sa vue est plaisante. Une épaisse vapeur d’eau sort du bassin au travers de la végétation. Un visiteur de la ville, en 1888, dira de cette fontaine : « Les fontaines du Cours étaient gelées. Elles ne faisaient plus entendre qu’un clapotement imperceptible, celui du goulot d’eau bouillante, qui continuait à couler sous les glaçons, en dégageant une buée qui se confondait avec le brouillard du dehors. On frissonnait rien que de les regarder.
(source Wikipédia), (photo PF)

Aix en Provence fontaine de la Rotonde

[Total : 11    Moyenne : 5/5]
Aix en Provence fontaine de la Rotonde

Trois statues de marbre, réalisées chacune par un sculpteur différent, ornent son sommet. Chacune a une signification particulière et regarde vers une voie. La sculpture qui regarde vers le cours Mirabeau a été réalisée par l’Aixois Joseph Marius Ramus (1805-1888). Elle symbolise la justice. La statue qui regarde la route de Marseille (avenue des Belges), œuvre de Louis-Félix Chabaud (1824-1902), sculpteur de Venelles, symbolise le commerce et l’agriculture. Enfin, la troisième, orientée vers la route d’Avignon (avenue Napoléon-Bonaparte), a été sculptée par Hippolyte Ferrat (1822-1882) et symbolise les beaux-arts.
Ces trois statues ont longtemps valu à la fontaine le surnom de « fontaine des Trois-Grâces8 ».
(source Wikipédia), (photo PF)

Aix en Provence fontaine de la Rotonde

[Total : 11    Moyenne : 5/5]
Aix en Provence fontaine de la Rotonde

L’édifice est construit en pierre froide des carrières de Saint-Antonin, de Pourrières et de Fuveau. Sa hauteur maximale est de 12 mètres5. En bas, un grand bassin circulaire est entouré de sculptures léonines. Un deuxième bassin, plus petit, se situe plus haut. Ce petit bassin est surmonté d’un piédestal décoré de têtes de guépard. Enfin, un ensemble de trois statues couronne le tout.
L’historien aixois André Bouyala d’Arnaud fait de la fontaine une description poétique au moment du couchant, même si les statues de Truphème lui déplaisent vivement : « La fontaine monumentale prend sa revanche au couchant. Les lions accroupissent vomissent du feu ; les trois statues du sommet sont sur un brasier. Dans le bassin des flammes tombent en cascades et les enfants chevauchent des tisons rouges6. »
Le diamètre total du monument est de 41 mètres7.
(source wikipédia), (photo PF)

LA ROQUE D’ANTHERON PROVENCE

[Total : 12    Moyenne : 5/5]
LA ROQUE D'ANTHERON PROVENCE

La Roque-d’Anthéron est notamment connue pour un événement dramatique survenu lors de la Seconde Guerre mondiale. Le 7 juin 1944, la Gestapo arrête un résistant, Aldéric Chave. Le lendemain, 8 juin, elle arrête devant la maison située au n° 1 de la rue Hoche des policiers en civil ainsi que huit résistants qui se sont réunis chez l’un d’eux, Robert Daugey. Le 13 juin, un convoi de vingt-huit prisonniers est amené dans la clairière du vallon de Fenouillet, entre Charleval et La Roque-d’Anthéron. Dix d’entre eux avaient été arrêtés la veille lors de la chasse à l’homme de la chaîne des Côtes. Les dix-huit autres viennent des prisons de la Gestapo à Marseille et sont amenés au Fenouillet pour y être exécutés. Ces 28 hommes sont fusillés sur place sans autre forme de procès. Leurs corps (dont celui d’Arthur Favaro de Miramas) seront retrouvés en septembre 1944. Un monument aux morts a été érigé sur le lieu de leur exécution.
Le 11 juin, 3 000 hommes de l’armée allemande encerclent le plateau de Manivert dans la colline de Sainte-Anne, où sont retranchés environ 400 maquisards. Toute la journée du 12 juin, les combats font rage. Les résistants se battent avec acharnement, et infligent de sévères pertes à un ennemi supérieur en nombre et en armement. Mais les munitions s’épuisent. Pour les obliger à se rendre, les Allemands mettent le feu au maquis. Les chefs résistants sont obligés de donner l’ordre de dispersion. Les Allemands se livrent alors à une chasse à l’homme. Ils font de nombreux prisonniers, notamment parmi les blessés. La plupart sont interrogés, torturés puis fusillés. Au soir du 12 juin, le maquis des Côtes compte 62 morts.
(source Wikipédia), (photo PF)